Réalisateur : Jordan Vogt-Roberts

Sortie : 2017

Nationalité : américain, vietnamien

Genre : aventure, fantastique

Synopsis : Un groupe d'explorateurs plus différents les uns que les autres s'aventurent au cœur d'une île inconnue du Pacifique, aussi belle que dangereuse. Ils ne savent pas encore qu'ils viennent de pénétrer sur le territoire de Kong…

 

 

Et bien moi qui m'attendais à un blockbuster nanardesque comme il en existe tant... Kong Skull Island est la bonne surprise qui me fait toujours croire aux miracles ! Ce film m'a surpris, et dans le bon sens du terme ! Je n'en attendais rien, sinon un bon divertissement, et j'ai eu... tellement plus que ça. Je ne m'y attendais pas. Mais entrons dans le vif du sujet.

 

Commençons avec ce qui est moins bon. Tout d'abord, il y a le personnage de Samuel L. Jackson : c'est tellement une caricature du bad guy, qu'on se dit au bout de cinq minutes que lui, il est destiné à mourir avant la fin du film. Et effectivement, c'est bien le cas. Ensuite il y a les effets numériques, toujours moches quand il s'agit d'animaux. Sinon il y a l'entièreté du casting (mis à part peut-être John C. Reilly) qui est tout à fait interchangeable. Il y a quelques blagues qui tirent un peu en longueur (notamment celle qui est dans la bande annonce, et qui concerne le nom des méchantes bestioles...). Et il y a l'idée grossière de comparer le combat contre Kong à la Guerre du Vietnam : la Guerre du Vietnam comme toile de fond, c'est une recette éculée, bien qu'elle fasse encore preuve d'efficacité en de rares occasions (comme ici).

 

Mais mis à part ces menus détails, Kong Skull Island est un bon film, où chaque personnage est identifiable, où le scénario est clair et facile à suivre malgré la multitude d'actions, lieux et personnages, et où, BON SANG DE BORDEL A CHIOTTE, il y a au moins une bonne idée toutes les dix secondes !

Bon aller, je me retiens d'en parler depuis le début de cette critique, mais il faut maintenant que j'aborde cette image de tous les dieux. Évidemment, c'est l'un des points forts de ce film. Le réalisateur a tout misé sur le visuel, et BON SANG que c'est beau ! Non seulement il y a des ralentis et une effusion d'images iconiques (celle de la main rouge sur le flanc de la montagne...), mais il y a aussi les paysages et les couleurs. Il y a un travail sur les textures et sur les couleurs, absolument incroyable, parfois carrément épique. Tout le film (à part la dernière partie, bien plus banale comparée au reste) est truffé de néons (au début), de fumées, de lumières, de liquides, de feu... Chaque scène comporte son lot de bonnes idées visuelles. On en prend plein les yeux, c'est franchement ahurissant. Et puis il y a de la bonne musique, mais ça c'est secondaire.

 

Ce qu'il y a de plus magnifique, c'est que maintenant j'ai envie de voir la suite. La suite du Monster Universe de la Warner bien sûr (étonnant, moi qui n'aime pas les grosses bêbêtes en général), mais aussi la suite de la carrière de Jordan Vogt-Roberts. Ce type a encore de jolis trucs à nous offrir, je le sens ! Et comme il a refusé de rempiler pour la suite de Kong Skull Island (au même titre que Gareth Edwards, parti après la fin du tournage de Godzilla pour aller tourner Star Wars Rogue One), il a d'ores et déjà mon attention ET mon admiration !

 

Retour à l'accueil